Claude et Lydia Bourguignon: « Pourquoi avons-nous autant de maladies dans les vignes? »

Lydia et Claude Bourguignon célèbrent un quart de siècle au service des sols. Et pestent une nouvelle fois contre les pesticides et le retard à l’allumage bio de certains vignerons. Tweet interview par DijonBeaune.fr.

lydia-et-claude-bourguignon-chateau-de-pommard-©-clement-bonvalot-2

Ils sont une référence mondiale dans leur domaine: Lydia et Claude Bourguignon analysent les sols de nos vignes mais pas seulement. On voit aussi la signature du LAMS (Laboratoire d’Analyse Microbiologique des Sols) en Afrique et en Asie. Ce couple de scientifiques de haut niveau (l’une est plutôt spécialisée dans l’œnologie, l’autre dans l’agronomie) reçoit l’écoute des plus grands domaines et des grands acteurs de la biologie sur l’ensemble des continents.

Lydia et Claude Bourguignon, au nom si bien porté, célèbrent aujourd’hui-même leur 25e anniversaire d’activité, en présence de quelques figures de la science et de l’esprit. Pour dijonbeaune.fr, ils se plient aux règles de la tweet-interview, en répondant à nos questions dans le format d’un tweet, soit moins de 160 signes par réponse.

Un exploit de plus, sans langue de bois, pour des gens de sciences plus habitués aux longs rapports! Qui rappelle que les vignerons ont encore du pain sur la planche en matière environnementale. (lire la suite sur Dijonbeaune.fr)

 

Slowfood : « Manger bien et bon avec peu de moyens »

SFB5Dans le cadre de la “ Fête de la gastronomie ”, l’association Slowfood-Bourgogne organisait aujourd’hui sur le campus de l’Université de Bourgogne un atelier en direction des étudiants et des jeunes pour apprendre à « manger bien et bon avec peu de moyens ».

En ce début d’année universitaire, nombreux sont les jeunes qui arrivent à Dijon pour faire leurs études : équipés sommairement, adeptes de la junkfood, ils cuisinent peu, et au fil de l’année, ils ne se nourrissent pas forcément bien. Se préoccuper de la nourriture de l’étudiant, en dehors des aspects financiers ou de santé publique, c’est aussi lui apporter au quotidien du confort de vie, de bien être, et de qualité de vie, lui donner des repères dans sa vie nouvelle, l’ouvrir à de la convivialité autour de repas organisés. L’ambition est aussi de l’éclairer dans ses achats alimentaires. Le tout dans une ambiance ludique aux cotés de professionnels proches des nouvelles générations.

Slow Food Bourgogne, en partenariat avec l’université de Bourgogne et le Grand Dijon, a donc souhaité dans le cadre de cette Fête de la gastronomie inciter les étudiants à être créatifs et audacieux pour ré-enchanter leur repas (…)

Article à retrouver ici sur le site des Colporteurs

Quelle est l’action de Slow Food en France ?

SFB6

Podcast, à écouter sur le site de Reporterre, l’interview de Lucia Penazzi, animatrice du mouvement Slow Food en France.


“Slow food, c’est vendeur !”

SFB7“N’hésitez pas à dire autour de vous que nous cherchons des adhérents!” Une femme élève la voix dans la salle de conférence sur le mouvement Slow. Dominique Archambaud, nutritionniste, ex-Parisienne, la quarantaine dynamique, se démène en Bourgogne pour réunir autour d’elle une communauté d’adeptes de la Slow Food.

Le concept évoquera presque systématiquement aux non-initiés un menu étrange fait d’escargots, de mollusques ou au contraire renverra à l’inénarrable marathon du dîner familial, interminable. En réalité, Slow Food est un mouvement fondateur lourd d’une centaine de milliers de membres de par le monde, lancé entre 1986 et 1989 autour de l’Italien Carlo Petrini, devenu, entre-temps, grand prêtre de la bonne chère dont le credo est de “retrouver une nourriture bonne, juste, et propre”. (…)

A lire sur Le Miroir, l’interview de Dominique Archambaud, animatrice du mouvement Slow Food en Bourgogne.